Partagez | 
 

 Présentation de Célestine Blackheart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Chef de Patrouille
Messages : 1

MessageSujet: Présentation de Célestine Blackheart   Jeu 7 Jan - 20:05


▾▴▾▴▾▴▾▴▾▴▾▴▾▴▾▴▾▴▾▴▾▴▾▴▾▴▾▴▾▴▾▴▾▴▾▴▾▴▾▴

Célestine Blackheart

▸ L'oeuf avant le dragon et la femme après l'enfant ◂


Me and me, it's a long story...

➽ ON ME SURNOMME : la Mercenaire
➽ REPRÉSENTÉ PAR : Korra (Avatar : The Legend of Korra)
➽ ÂGE : 23 ans

➽ RACE : Humaine
➽ ROYAUME : Nallriel, camp des Rebelles no.2
➽ CAMP : Rebelle

➽ MÉTAMORPHOSE : Demi-dragon
➽ NIVEAU : ★★★ Sans Peur


Like I am

Parlez-nous de votre physique. A quoi ressemblez-vous, la couleur de vos cheveux, de vos yeux; si vous êtes grand, petit, mince, gros... Ne lésinez pas sur les détails, on veut tout savoir. o/ 200 MOTS MINIMUM.

Vous développerez dans cette partie votre personnalité, votre caractère général, ce qui vous a poussé à devenir ainsi. Vous évoquerez également votre comportement avec les membres de la même race et de la race opposée, ce que vous pensez d'eux, si vous vous entendez bien avec etc... 200 MOTS MINIMUM.


The story of my life (I take her home...)



▸ Votre histoire personnelle ◂

Je mentirais si je disais que ma vie a commencé à ma naissance, ou bien le jour de ma première transformation. Même si cette dernière m'a permis de rencontrer mon moi profond, je n'ai trouvé de but à mon existence que le jour où je suis devenue Rebelle. Le jour où Irvin a commencé à m'entraîner à me défendre. Je n'avais que seize ans et je ne m'étais plus transformée depuis mes treize ans. Personne ne connaissait l'existence d'un dragon en moi. L'entraînement était difficile et Irvin ne me laissait pas respirer. Il était si fort ! Je découvrais sa face cachée, celle du "mercenaire" dont j'avais entendu parler. Selon Kal, Irvin était reconnu chez les Rebelles et beaucoup de personnes le respectaient pour ses exploits passés. J'avais envie de les découvrir. Je me battais contre lui chaque jour à l'entraînement, je me rapprochais davantage de lui tous les matins. Nous faisions des exercices d'échauffement, d'étirements. Puis nous passions aux exercices basiques qui comportaient de la course, ou savoir grimper à un arbre le plus rapidement possible, nous pouvions aussi nager. L'entraînement consistait ensuite à un combat à mains nues ou à l'aide d'armes en bois qui représentaient une épée, une dague, un bâton. Irvin disait que je devais trouver l'arme idéale, celle qui me correspondrait et qui serait mon arme de prédilection, celle que je devrais maîtriser, sans négliger les autres. "Un parfait mercenaire se doit de se débrouiller par ses propres moyens, qu'importe le lieu, le moment ou le contexte" me répétait toujours mon maître. J'étais devenue son apprentie, exceptée que je ne partais pas en mission avec lui. J'avais rapidement trouvé mon arme de prédilection, c'était facile. Une arme légère, facile à dissimuler, à la lame coupante...oui, la dague était mon arme préférée. Mais je ne me battais pas avec une dague en première main, je la sortais pour achever mon adversaire ou créer un effet de surprise qui me permettrait de le déstabiliser, ou le blesser de sorte de lui injecter un poison paralysant. Irvin m'apprenait tout ce que je savais. Les armes, les combats, les réactions de survie, les poisons, l'attitude. Je me sentais devenir quelqu'un, petit à petit. Mon entraînement dura deux longues années sans problème. Mais un jour, il y eut un incident.

Je rentrais à la tombée de la nuit lorsque j'entendis des cris provenant de la grange. Je me dépêchais pour rentrer. Je vis Kal et Irvin en sortir.

"Pourquoi ? Pourquoi tu la protèges autant ?"

"Je n'ai pas à m'expliquer, surtout pas à une vermine comme toi. Maintenant dégage d'ici et ne reviens pas ou je te jure que-"

"Irvin ? Qu'est-ce qu'il se passe ?"

Les deux hommes se retournèrent et m'observèrent. Kal m'attrapa par le col de chemise et m'approcha de lui.

"On parlait justement de toi, ma belle. Tu nous avais caché que t'étais un demi-dragon."

"Je-quoi ? Non c'est faux !"

"Kal, lâche-la, tu n'en es même pas certain !"

"Si ! Si j'en suis sûr ! Je vais te le prouver !"

Il sortit une dague de sa poche et la pointa dans ma direction, mes yeux s'écarquillèrent.

"Alors ? Montre-nous comment tu te transformes !"

"Kal ! Jette ton arme ou je te jure que..."

"Que quoi ? Tu vas faire quoi contre un de tes frères ?"

Un silence s'installa entre les deux hommes. Je me débattis mais Kal ne voulait pas me lâcher.

"Tu sais très bien que si elle possède ce pouvoir, on peut l'utiliser pour les Rebelles"

"Il n'est pas question que Célestine ne soit votre arme ! Elle n'est qu'une enfant !"

"Une enfant ?" Kal me reluqua de la tête aux pieds avec une lueur perverse dans les yeux. "Elle m'a l'air bien mûre ton enfant, je me la taperai bien. Peut-être c'est ce que je devrais faire pour qu'elle nous montre ce dont elle est capable. J'ai entendu dire que les demi-dragons étaient difficiles à se manifester, qu'on devait les forcer à se montrer."

Tout en parlant, il avait glissé sa main sous ma chemise pour me toucher toujours plus haut. Je le mordis à l'autre main, celle qui me tenait par le col. Il poussa un juron et me lâcha, aussitôt je lui donnais un coup de poing au visage.

"Si tu me touches encore une seule fois je te castre."

"Kal, je sais pas où tu as eu tes informations, mais c'est totalement faux, en quatre ans je ne l'ai jamais vue utiliser un tel pouvoir... alors abandonne."

"Je viens de te dire qu'un demi-dragon ne se manifestait que lorsqu'il ressentait une intense émotion. Qu'il faut le forcer à se montrer."

Kal se releva et s'avança dans ma direction, mais Irvin se mit entre nous, dos à moi. Il saisit rapidement le cou de l'autre homme pour le serrer entre ses doigts. D'une voix menaçante, il prononça :

"Casse-toi avant que je ne m'énerve, je te dis que Cel' ne deviendra pas ton arme. Elle est sous ma protection et je me contre-fiche de tes raisons ou des Rebelles, je ne prends plus part à leurs stupides missions de conquête du pouvoir sur Infantia."

Il relâcha brutalement Kal qui toussa et se massa la gorge.

"Très bien... Je m'en vais. Mais ton égoïsme te rattrapera, ne crois pas que je vais me taire devant notre chef, et tu seras sévèrement punis pour ton manque de loyauté envers nous."

Irvin haussa les épaules, paumes des mains en direction du ciel.

"Ca m'est égal, je n'ai plus rien à perdre."

Une lueur étrange brilla alors dans le regard de Kal. Et tout se passa trop vite devant moi pour que je n'ai le temps de réagir. Kal leva à nouveau sa dague et la planta dans le ventre d'Irvin qui gémit et tomba à genoux. Un sourire démentiel se peignit sur le visage de l'homme tandis que mon Maître se mettait à saigner, ses deux mains sur sa blessure. Les yeux fous se posèrent sur les miens.

"IRVIN !!"

Je me jetais aux pieds d'Irvin et j'inspectais sa blessure. Cela n'était pas bon. Cela n'était pas bon. Non...

"Irvin... !"

Kal éclata d'un rire de dément. Il pointa sa dague vers moi et me coupa sur le bras.

"Alors ? Tu vas te montrer, demi-dragon ? Ou il faut attendre qu'il crève pour ça ?"

Je me mis à trembler, la chemise d'Irvin se teintait de plus en plus d'un liquide cramoisi. Ma vue se troubla. Je tournais vivement la tête vers Kal pour le fusiller du regard.

"Pourquoi t'as fait ça, espèce de salaud ? Il est ton ami !"

Il me fit basculer sur le côté pour lever à nouveau son arme sur Irvin et lui planter la lame dans la poitrine. J'hurlais le nom de mon Maître et me jetais sur les jambes de Kal pour tenter de le faire basculer sur le sol. Mais il me donna un coup de pied au visage qui me donna le tournis. A ma grande surprise, Irvin se releva pour frapper Kal au visage et lui rendre la pareille en lui brisant un genou. L'homme hurla et tomba au sol.

"Ne t'avises plus de toucher Célestine ou je te tue de mes propres mains."

Ses forces l'abandonnèrent quelque peu et il tomba au sol, mains sur ses blessures ensanglantées. Je me précipitais vers lui pour lui passer quelques doigts sur le visage. Il était très pâle. Je sentais qu'il n'allait pas vivre longtemps. Tout mon corps se mit à trembler. Une violente douleur partit de mon crâne et défila rapidement dans tout mon corps, comme si elle se propageait grâce aux veines de mon organisme. Je la sentais me lancer de plus en plus, mais elle n'était pas aussi horrible que celle qui enserrait mon coeur à la pensée qu'Irvin allait mourir. Mon regard s'assombrit, je serrais les dents et me mis à hurler. Cette douleur, cette sensation, ce sentiment, tout était similaire à quelques années plus tôt. Je me transformais. Je voulais me venger. Je voulais tuer Kal. Je voulais le déchiqueter de mes crocs, lui couper la chaire de mes griffes. Ma bouche se mit à saigner tellement je serrais les dents alors que celles-ci devenaient des crocs. Je sentis cette même sensation d'étirement douloureux sur ma peau lorsque mes écailles la recouvrit. Je sentis aussi ma colonne vertébrale vibrer violemment pour s'étirer et créer une longue queue à l'extrémité en forme de flèche. Mes ongles devinrent griffes et je tentais de déchirer ma peau comme pour m'en débarrasser tant la douleur était horrible. J'en déchirais mes vêtements. Puis mon dos me lança et la peau au niveau de mes omoplates se sépara pour laisser apparaître deux immenses ailes qui me firent hurler et gémir pendant de longues secondes. Une fois la transformation terminée, je me tournais vers Kal qui rampait plus loin. Je sautais sur lui, il cria de ne pas le tuer, de l'épargner. Je ne l'écoutais pas. Il m'avait sous-estimée, et il allait le payer. Je lui donnais un coup de griffe à l'abdomen, puis un second, et un troisième, et un quatrième, et un cinquième... j'arrêtais de compter. Lorsque je finis par interrompre mes coups, il ne restait plus qu'une carcasse déchiquetée sous moi. Je me redressais de toute ma hauteur pour retourner auprès d'Irvin. Il était toujours vivant. Je retirais sa chemise. J'approchais mes lèvres de ses blessures pour les lécher. Au contact de ma salive, la peau d'Irvin se mit à cicatriser en laissant une légère fumée à l'odeur de cochon grillé s'en échapper. Il esquissa un faible sourire et murmura un "Merci". Puis, je sentis mes forces me quitter. J'avais réussi à sauver Irvin.


------------



Lorsque j'eus atteint l'âge de vingt ans, je terminais mon entraînement avec Irvin. Je fus fin prête à rejoindre officiellement les rangs des Rebelles. Je passais l'épreuve d'entrée avec succès et ma première mission me fut attribuée sous les ordres d'un supérieur. Irvin s'était remis de l'incident avec Kal et n'avait posé alors que quelques questions sur ma transformation. Il m'avait alors appris à canaliser ma force et grâce à lui j'avais pu me transformer en demi-dragon volontairement et sans problème. Il m'avait aussi avoué qu'il savait depuis le début que j'en étais un et que le jour où il m'avait trouvée, il me cherchait dans le but de me prendre sous son aile. La rumeur s'était répandue lorsque j'avais agressé ce garçon dans mon village. Depuis mon entrée officielle chez les Rebelles, on m'avait assignée beaucoup de missions différentes plus ou moins dangereuses. La plupart consistait à espionner des personnes, on me disait jamais pourquoi ou dans quel but, mais je devais toujours rapporter tout ce que j'avais observé. Je devenais de plus en plus intéressante pour les Rebelles. Car je ne posais jamais de questions et j'exécutais toujours parfaitement les ordres que l'on me donnait sans aucune hésitation. J'étais le parfait petit soldat. Mais mes nombreuses missions ne me permettaient pas de rentrer souvent au refuge et donc je voyais très peu Irvin. Mais cette fois-ci j'avais demandé un congé, quelques jours de repos après une mission épuisante. J'en avais profité pour rentrer. J'avais hâte de revoir Irvin, et je voulais qu'il voit qu'elle femme j'étais devenue.

Lorsqu'il m'aperçut arriver à la grange, il fut très surprit. Il lâcha sa hache et le bois qu'il était en train de couper pour courir dans ma direction et me serrer dans ses bras, un peu trop longtemps pour qu'il s'agisse d'une simple étreinte de Maître à apprenti à mon goût. Mes joues devinrent écarlates. Je lui rendis son étreinte et nous restâmes un instant ainsi. Puis nous nous séparâmes. Il me sourit de toutes ses dents. Il avait l'air fatigué.

"Célestine, ça faisait longtemps ! Tu as réussi à échapper aux Rebelles ?"

Je ris.

"Non malheureusement, je n'ai qu'un sursis. J'ai demandé quelques jours pour récupérer."

Il fronça les sourcils mais ne dit rien. Il m'invita à entrer et nous discutâmes longtemps ensemble jusqu'à l'arrivée des trois adolescents qui vivaient au refuge. Ils étaient contents de me revoir, et moi aussi, mais pas autant que de revoir Irvin. Je l'observa du coin de l'oeil, il n'avait pas changé pendant mon absence, il était si... Je pinçais ma lèvre inférieure au moment où nos regards se croisèrent. Je profitais du reste de la journée pour dormir. Je me réveillais le lendemain après-midi et retrouvais Irvin qui s'occupait d'étendre le linge propre sur une corde autour de la grange. Il me salua d'un grand sourire et me traita de "grosse dormeuse" avant de me demander si j'avais faim. Mon ventre grogna en réponse à sa question. Il finit rapidement d'étendre le linge pour aller me servir une soupe et des cuisses de poulet mijotées. Je me régalais. Irvin cuisinait bien. Je levais mes yeux bleus vers lui pour l'observer près de la casserole. Il était assez petit de taille, il était un peu vouté et était tout fin. Son visage portait toujours une expression indescriptible lorsqu'il se perdait dans ses pensées. J'aurais aimé savoir ce qu'il pensait... J'avais pu observer ses abdominaux et ses muscles lors de nos nombreux entraînements. On ne pouvait nier qu'il avait un beau corps. Il était agile, rapide et prudent, mais pas particulièrement fort. Il misait tout sur sa stratégie et ses capacités pour gagner un combat.

"Irvin ? Ca te dirait un combat ?"

Je baissais le regard sur ma soupe à moitié engloutie. J'avais peur de sa réaction. Je relevais doucement les yeux vers lui et le vit tourner la tête vers moi, le visage rayonnant.

"Ah ça oui ! J'espérais que tu me le demandes ! J'ai hâte de voir tes progrès !"

Il laissa un sourire tendre lui échapper, les yeux sur sa casserole. Il prononça plus bas :

"Ca m'avait manqué..."

Je sentis une joie immense naître en moi et j'eus envie de pousser un cri d'excitation, mais je me retins. Plus tard, nous nous entrainâmes. Je n'étais toujours pas de taille à Irvin, il était beaucoup trop fort pour moi. C'était un génie, comme il était qualifié dans les rangs des Rebelles. Je me retrouvais bien vite les autre fer en l'air. J'entendis Irvin éclater de rire, puis il m'aida à me relever et à épousseter mes vêtements.

"Je vois que tu t'es bien entraînée, je suis fier de toi, Cel."

Je soupirais bruyamment.

"Ouais mais je suis toujours pas capable de te battre..."

"Ca viendra, j'ai beaucoup plus d'expérience que toi, il te faudra du temps avant de pouvoir me battre."

"Tu parles..."

Plusieurs jours passèrent. Pas une fois Irvin me questionna sur mes missions. Il me demanda simplement si j'allais bien, ou si je le vivais bien et se contenta de mon "oui" pour unique réponse. Mais il ne contrôlait pas son sourire mi-inquiet mi-triste qu'il laissait apparaître sur son visage. Le dernier jour de mon repos, je pris le temps de m'habiller convenablement. Je mis mon uniforme en cuir de mercenaire qui mettait en valeur mes formes féminines et qui créait un décolleté ce qui grossissait ma poitrine. Je paraissais plus femme que jamais. Lorsque j'apparus devant Irvin ce matin-là, je vis son regard descendre lentement de mon visage jusqu'à mes jambes avant de se reposer sur mon visage. Il déglutit. J'esquissais un sourire provoquant.

"Alors ? Qu'est-ce que tu penses de mon nouvel uniforme ?"

"Un peu trop provoquant à mon goût, tu ferais mieux de cacher ta paire de seins si tu veux pas te faire agresser par un Rebelle un peu trop en manque..."

Je ricanais.

"Tu oublies que je sais parfaitement me défendre maintenant."

Pour allier mes gestes à mes paroles, je sortis une dague que je fis danser entre mes doigts. Mais celle-ci finit par tomber sur le sol, Irvin éclata d'un rire franc, je rougis de honte.

"J'ai fait exprès !"

"Je n'en doute pas"

Sur un ton plus sérieux, j'enchaîna :

"Irvin... J'ai quelque chose d'important à t'avouer."

Nous nous installâmes dans la cuisine et il me servit une tasse de thé en gardant le silence, puis il prit place à côté de moi, tourné dans ma direction. Je gardais mes mains autour de la tasse et les yeux sur le liquide fumant.

"Les Rebelles savent ce que je suis, Kal les avait prévenu avant de venir nous voir."

Irvin poussa un juron et se leva d'un bond de sa chaise avant de jeter quelque chose sur le sol. Je l'entendis souffler fort avant de soupirer et de prononcer plus calmement :

"Comment tu l'as su ?"

"Ils me l'ont dis."

"Qu'est-ce qu'ils attendent de toi ?"

"En fait, c'est ça la réelle raison de ma venue ici."

Irvin se retourna à nouveau vers moi et se rassit. Il posa une main sur mon avant-bras et me regarda avec une expression inquiète sur le visage.

"Célestine, dis-moi, qu'est-ce qu'ils attendent de toi ?"

"Ils veulent ce que Kal voulait : ils veulent que je serve les Rebelles avec mon pouvoir."

"Tu as refusé, n'est-ce pas ? Ils t'ont menacée ? Qu'est-ce qu'ils t'ont promis en échange ?"

Je sentais ses ongles se planter dans ma peau, je grimaçais.

"Je n'ai pas pris de décision encore. Ils m'ont promis quelques privilèges dont une généreuse somme d'argent. Elle pourrait servir à reconstruire la grange, elle tombe en lambeaux."

Irvin me coupa la parole.

"Refuses, tu dois refuser. Tu n'es pas leur arme, Célestine. Oublies la grange, on a pas besoin de cet argent, on peut se débrouiller sans, pense à toi au lieu de t'inquiéter pour nous. Si tu cèdes aux Rebelles ils vont se croire tout permis sur toi, ils vont te contrôler et te manipuler comme ils le feraient sur un simple cheval. Ce genre de choses est déjà arrivée sur d'autres métamorphes."

Je n'écoutais pas ses paroles.

"Seulement, si j'accepte, je devrais partir loin, et m'installer au camp numéro 2 des Rebelles à Nallriel."

"Nallriel ? Le continent des Elfes ?! Mais qu'est-ce que tu ferais là-bas ? C'est de la folie !"

"Je pourrais contribuer à étendre le pouvoir des Rebelles sur Infantia en montrant aux Elfes la puissance que l'on possède pour les convaincre de se joindre à nous."

"Tu...Tu ne comptes pas vraiment y aller, n'est-ce pas ?"

Je gardais le silence, mon regard posé sur le sien répondit à ma place. Irvin posa une main sur son visage, de plus en plus inquiet.

"Bien sûr que tu veux y aller, tu as toujours été comme ça, et ça servira à rien que j'essaie de te faire changer d'avis, tu ne m'écouteras pas, comme toujours..." marmonna-t-il.

Je souris et lui prit sa main cette fois pour la serrer dans les miennes. Je le forçais à me regarder.

"Je pense que c'est plutôt une bonne chose, au contraire. Je vais découvrir le continent des Elfes, je vais rendre service aux Rebelles, je vais permettre de rendre le pouvoir aux personnes comme nous, et puis ils m'ont promis de m'aider à contrôler mes transformations. Ce que tu m'as appris est bien mais ça ne me suffit pas, je suis encore trop instable."

"Si...si tu pars à Nallriel, tu ne pourras plus revenir."

"Je sais."

"Et tu pars quand ?"

"Ce soir."

Il écarquilla les yeux et se mordit la lèvre inférieure, une expression désespérée domina son visage.

"Ca veut dire qu'on ne se reverra plus jamais..."

"Non."

Il tourna la tête du côté opposé, je ne pus pas lire la nouvelle expression qu'il venait d'avoir, mais son corps se mit à trembler légèrement.

"Je...j'ai quelque chose d'autre à te dire avant de partir, Irvin."

J'inspirais à fond, il fallait que je me lance. Je le forçais une nouvelle fois à me regarder en lui faisant tourner la tête vers moi. Je perçus alors des larmes sur son visage. Je ne l'avais jamais vu aussi triste depuis qu'il m'avait recueillie. Je fronçais tristement les sourcils, un pincement au coeur. De mon index je chassais quelques larmes de ses joues. Puis, j'approchais mon visage du sien et vint poser mes lèvre sur les siennes. Je restais quelques secondes ainsi avant de me détacher de lui et d'observer sa réaction. Il parut gêné et n'osa plus croiser mon regard.

"P-pourquoi t'as fait ça ? On ne peut pas..."

"Je suis désolée, Irvin, je n'ai jamais pu t'aimer comme un père ou comme un frère.

"J'ai quinze ans de plus que toi, tu peux trouver mieux qu'une vieille loque comme moi."

"Est-ce que tu me rejettes ? Ou tu essaies de fuir tes sentiments ?"

Je croisa à nouveaux ses prunelles brunes embuées de larmes. Il resta silencieux, certainement décontenancé par le changement qui avait eu lieu en moi.

"Tu as grandi trop vite..."

"Ca ne répond pas à ma question."

Sa réaction me surprit. Il plaça ses mains en coupe sur mon visage et déposa son front contre le mien avant de fermer les yeux.

"Si tu reviens de Nallriel, je te répondrai. Alors dépêche-toi de rentrer, d'accord ? Et surtout, prends bien soin de toi."

J'esquissais un sourire tendre et fermais les yeux à mon tour.

"Oui, je reviendrai vite."


▸ J'ai trouvé ma force en ce dragon ◂

Je me suis toujours sentit...faible. D'abord à cause de ma taille, puis de mon sexe, mais aussi mes réactions dans une situation dangereuse. Je n'ai jamais réagi, en fait. C'est ce qui a toujours mis hors d'eux les personnes qui prenaient un malin plaisir à chercher la bagarre. Du coup je me faisais frapper par les enfants de mon village. Mais là encore jamais je n'ai réagi. Ce que je ressentais ? Un grand vide. Je ne me suis jamais sentit complète. Il me manquait quelque chose pour devenir totalement moi, pour découvrir mon moi profond. Je n'ai jamais rien eu et je pensais qu'il en resterait ainsi toute ma vie. Autant vous dire que je n'avais pas une grande ambition de vivre ou de réussir puisque mon destin était déjà tracé : comme ma mère et comme ma grand-mère avant elle je deviendrai une catin le jour où je deviendrai enfin une femme. Cela ne me fait pas peur, ne me terrifie pas. Je suis peut-être inconsciente de ce qui m'attend. Je ne m'en rends peut-être pas compte...


-------------------------



Un jour, je traînais dans le village où je suis née, je déambulais sans vraiment me diriger vers un endroit précis et j'étais tombée nez-à-nez avec une bande de garçons qui me barrèrent le chemin. Je savais ce qu'ils voulaient, et je n'avais pas la force de résister. Je les vis sourire avant qu'ils ne levèrent les bras vers moi pour m'immobiliser. Je regardais le chef de la bande sans aucune expression, il me gifla.

"Alors, t'as pas peur ? Tu vas continuer à me regarder comme ça ?"

Je ne répondis pas. Comme le pourrais-je ? Quoi que je puisse faire ou dire je n'étais pas forte. Et je ne pensais pas qu'ils avaient l'intention de me laisser m'échapper après avoir entendu de pitoyables supplications. Je clos mes lèvres. Je m'attendais à ce qu'ils continuent, les Humains de mon village étaient entêtés et allaient toujours au bout de leurs actes. Je sentis une grande douleur au niveau de mon estomac. Ils étaient cruels. Mes lèvres se tordirent en une grimace significative, cela les fit davantage sourire. Certains rirent. Moi ? Je n'en gardais qu'un sentiment de dégoût affreux. Deux heures plus tard, j'eus enfin la force de me relever. Je me sentais souillée. Je me relevais péniblement, ils m'avaient infligée des coups sur tout le corps et j'étais couverte de bleus. Mes vêtements étaient déchirés mais me couvraient encore. Je rabattis ma robe sur mes cuisses et je retournais à la maison sans un mot. Ma mère fut surprise. Je l'entendis hurler dans toute la maison, qu'il fallait toujours que le client paie. Elle me gifla aussi. Et m'insulta pour ma stupidité d'avoir laissé cette fois le client s'échapper sans avoir payé. Je retournais dans ma chambre en silence, je glissais sur le sol contre ma porte. Et me mit à pleurer silencieusement. Je venais d'avoir quatorze ans et venais de perdre tout ce qui faisait de moi une personne libre et fière.


Quelques jours plus tard, mon regard se portait à nouveau sur le chef de la bande qui m'avait fait cela. Je le voyais rire avec des amis et s'amuser avec eux. Je restais d'abord plantée comme un chou à quelques mètres de lui. Beaucoup de monde était au marché ce jour-là et on me bouscula à plusieurs reprises. Et c'est là que je sentis ce sentiment puissant fondre en moi et prendre de plus en plus de pouvoir. Petit à petit, plus je regardais ce garçon et plus j'avais une flamme en moi qui grandissait. Je ne comprenais pas ce que c'était, moi qui avait toujours été dénuée de sentiments, de réactions. Mes poings se serrèrent. Je me mis à trembler. Ma respiration se fit haletante. Je ne me sentais pas à l'aise avec cette douleur de plus en plus troublante qui grandissait sous ma peau et qui se mettait à tordre mes muscles. Cet horrible garçon posa enfin son regard sur moi, il s'approcha et se mit à me parler.

"T'es là parce que t'as aimé ça l'autre jour ? T'en veux encore ?"

Je me mordis la lèvre inférieure, une étincelle brilla dans mon regard. Je plissais les yeux. Un terrible maux de crâne vint me saisir d'un seul coup. Je penchais la tête sur le côté, convaincue que ma tête allait se décrocher de mon cou pour rouler sur le sol tant la douleur était forte. Elle me rendait bien plus lourde. Je sentais mon sang bouillonner dans mes veines et palpiter. Ma vue devint trouble.

"Tu m'as volé..."

Je réussis à peine à parler. Je ne comprenais pas ce qui m'arrivait, j'étais affublée de sentiments si forts et dont je ne connaissais pas l'existence que je n'arrivais pas à articuler. Je vis le garçon éclater de rire devant moi pour poser une main sur mon épaule et rapprocher ses lèvres de mon oreille.

"Sale catin"

Je tournais doucement la tête pour rencontrer à nouveau son regard immonde. Mon bras se leva, je saisis son visage entre mes doigts, le serrais et le jetais en avant. Le garçon bascula vers l'arrière pour tomber sur les fesses. Il jura, se releva et me donna un coup au visage. Il venait de donner le feu vert. Tout mon corps s'éleva dans la douleur et je mis à hurler. Je tombais à genoux, mes mains sur mon crâne. J'hurlais, les yeux écarquillés. Le garçon qui venait de reculer se retrouva plaqué contre le sol. Je me tenais au-dessus de lui, lui empêchant tout mouvement.

"Tu m'as volé ma fierté !"

Je serrais les dents et je les sentis craquer douloureusement pour tomber sur le visage du garçon. Puis elles poussèrent à nouveau, plus longues et plus pointues. J'avais la bouche en sang. Je me sentais mal, vraiment mal. J'avais l'impression que tout mon corps avait été jeté dans de la lave en fusion. Je sentais littéralement ma peau fondre, et à la fois je sentais comme des griffes de chat attraper cette même peau pour la tirer et venir la recouvrir ensuite. Je voyais ce parasite gesticuler sous moi en essayant de fuir. Dans son regard je percevais la terreur. J'esquissais alors un sourire diabolique. Je rapprochais une nouvelle fois mon visage du sien.

"Et si je te faisais bien pire ?"

"N-non pitié ! Je suis-je suis désolé !"

Je ressentais de la joie, de l'excitation en moi. Je voulais tellement lui faire payer la fierté qu'il m'avait dérobée. Après tout j'étais importante, j'étais supérieure à lui, j'étais plus dangereuse que lui. Je levais ma main, celle-ci s'était recouverte d'écailles noires épaisses et luisant d'une étrange lumière violacée et pourvue de griffes acérées. Je constatais cette dernière et je souris davantage. J'avais trouvé mon véritable moi.

"Tu aimerais que je te découpe avec mes griffes ? Tu ferais un agréable repas..."

Je le reniflais, lui et son odeur immonde pour le terrifier davantage. Puis, je me relevais et de toute ma hauteur, je l'observais fuir en hurlant. J'éclatais d'un rire sadique. Pourquoi n'avais-je jamais perçu cette force qui avait dormi pendant si longtemps en moi ? Je me regardais et j'admirais la transformation que j'avais subit. La partie inférieure de mon corps qui me brûlait encore était entièrement couvert de ces écailles noires au reflet violet, mes pieds étaient devenus des pattes. Le haut de mon corps n'était pas entièrement couvert par des écailles excepté mes sein et mon dos, dans lequel je sentis une douleur foudroyante plus terrible que le reste venir me frapper. Je tombais une nouvelle fois à genoux. Je sentis littéralement quelque chose sortir de mon dos lentement, j'hurlais à nouveau. Que m'avait-on enfoncé là qui était si dur et douloureux à sortir ? Je n'eus pas ma réponse, car au moment où la douleur lancinante se termina ma peau se déchira d'un coup et je sentis une forme puissante s'élever vers le ciel. Je perdis connaissance. Lorsque je m'éveillais, j'étais à la maison. Maman se tenait à côté de moi en larmes, elle me prit la main.

"Pourquoi ? Pourquoi il a fallu que ça tombe sur moi ? Pourquoi je dois avoir un monstre dans ma famille ? Pourquoi je dois m'occuper de toi ? HEIN ??"

Elle se mit à crier et sangloter en même temps. Je me relevais. J'avais des courbatures dans tout le corps. Je ne comprenais pas.

"J'aurais dû te tuer à ta naissance."

J'observais en silence ma mère. J'avais trop mal de partout pour sentir ce pincement solitaire au coeur. Je me rendis compte alors que mes bras et mon corps entier était couvert de blessures dont je ne reconnaissais pas la cause. Que s'était-il passé ? Qui m'avait fait encore ça ? Les blessures formaient des sortes d'alvéoles qui fendaient ma chaire, mais je ne saignais pas et cela était en train de cicatriser. Par pur réflexe, j'approchais ma main de mon visage et me mit à lécher mes blessures. Ma mère me prit la main et me gifla.

"Tu te prends encore pour un monstre ?! Tu me dégoûtes !"

Je me rappelais alors de ce qui s'était passé et de ce que j'avais fait. J'ouvrais les lèvres.

"Je suis...un dragon ?"

"T'as sûrement hérédité ça de ton père. Les monstres ça fait des petits."

Je relevais vivement la tête. C'était la première fois qu'elle me parlait de lui, celui qui avait contribué à ma création. Mes yeux brillèrent d'une lueur d'excitation.

"Tu sais qui c'est ? Je peux lui demander comment gérer ça."

Ma mère me regarda silencieusement, puis boudit vers moi pour m'attraper par le col de ma chemise et me tirer hors du lit.

"Maman ! Qu'est-ce que tu fais ? Tu me fais mal !"

"Je me débarrasse des nuisances."

Je me débattis encore un instant mais je finis par être lâchée. J’atterris sur le sol dur de la rue pavée devant la maison de ma mère. Je frottais mes membres engourdis pour ensuite relever la tête vers le regard froid de ma mère. Mes yeux s'agrandirent.

"Maman... Tu n'es pas sérieuse ?"

"Je n'ai pas de quoi me charger d'un problème supplémentaire. Depuis ta naissance je cherchais une excuse suffisante pour me débarrasser de toi."

"Ma-..."

La porte se referma violemment. Je me relevais et vint frapper mes poings contre le bois.

"Maman !! Ne me laisse pas ! Je t'en prie !!"

Je l'entendis crier depuis l'intérieur de la maison.

"Va-t-en et ne revient jamais, monstre."

Je restais un instant fixée devant cette porte, puis je me retournais et partit je ne sais où trouver de quoi passer la nuit. Était-ce un test des Dieux ? Étais-je réellement un monstre ? Pourtant je me sentais enfin forte...


▸ Irvin, je veux être Rebelle  ◂

Cela faisait plusieurs jours que je n'habitais plus avec Maman, elle m'avait jetée dehors. Et j'avais faim. J'avais bien tenté de dérober de la nourriture au marché du village, mais les nombreux témoins de ma première transformation m'avaient de suite reconnue. J'avais alors été rejetée, on m'avait insultée et je m'étais reçue une pomme en pleine figure. Ma blessure sur mon arcade sourcilière était encore en train de cicatriser, je pus le constater lorsque je rencontrais mon reflet dans la rivière à l'extérieur du village. Je le nettoyais pour ensuite me diriger vers le tronc d'un arbre sur une petite colline. Je m'assis et observa le village de loin. J'entendais encore les voix des commerçants et des enfants crier dans les rues. Une brise glaciale me parcourut et je frissonnais. Cette fois je n'avais plus rien. J'étais née sans argent, sans éducation, sans amis et j'avais perdu le peu que j'avais : une mère, un lit, de la nourriture et des vêtements propres. Je fermais les yeux. Je me sentais si faible... Je n'avais pas mangé depuis deux jours et je n'avais rien pour chasser, excepté ce bâton que j'avais réussi à briser en deux afin qu'il soit "pointu" à une extrémité. Mais rien de très efficace. Je n'étais pas douée en la matière mais je savais qu'il ne serait pas assez puissant pour percer la chaire d'une proie potentielle. Peut-être devrais-je céder à la mort...?

Lorsque j'ouvrais à nouveau les yeux, je perçus un homme accroupit devant moi, un sourire aux lèvres, une main tendue vers moi. J'hurlais et lui donnais un violent coup au visage. L'homme bascula vers l'arrière, j'en profitais pour me relever et m'enfuir. Mais l'homme me prit par le bras et vint me serrer contre lui. Une voix tendre s'éleva.

"Ne t'inquiète pas, je ne te veux pas de mal !"

Je l'entendis rire. Je relevais la tête, et l'examinais. Il s'agissait d'un vieil homme d'une trentaine d'années. Je me détachais de lui et il ramassa quelque chose sur le sol pour me le tendre. C'était du pain. Je le regardais et hésitais avant de me saisir de la nourriture pour l'engouffrer. L'homme rit.

"Eh bien tu avais faim comme je le pensais..."

Une fois le bout de pain totalement avalé, je tendis ma main vers lui pour lui demander silencieusement un autre morceau. Cela le fit rire davantage.

"Je n'en n'ai pas d'autres sur moi..."

Je parus déçue.

"...Mais, si tu viens avec moi je pourrais te donner autre chose à manger, comme une bonne soupe bien chaude et du sanglier rôti"

Mes yeux s'écarquillèrent.

"De la viande ?"

"Oui. Tu veux venir ?"

Je parus méfiante. J'observais l'inconnu d'un oeil suspicieux. Je n'étais pas du genre à suivre un homme pour de la nourriture, surtout si je ne le connaissais pas. Ma réaction le fit sourire.

"Comme je te l'ai dis, je ne te veux pas de mal."

"Alors quels sont vos intentions me concernant ?"

"Prendre soin de toi, te donner de quoi manger et dormir."

"Pourquoi ?"

L'homme leva la tête vers le ciel, le soleil avait déjà commencé sa descente et répandait des éclats orangés au travers des nuages.

"Moi aussi j'ai vécu dans la rue il y a bien longtemps, jusqu'à ce qu'on vienne m'aider, et j'ai envie de te sauver toi aussi"

"Je n'ai pas besoin d'être sauvée, je ne suis pas faible. Je peux très bien me débrouiller toute seule."

L'homme sourit puis s'assit sur le sol, il me fit signe de l'imiter. Je restais debout devant lui.

"C'est dur quand on est tout seul sans maison, n'est-ce pas ? Personne pour se soucier de nous et rien pour nous faire tenir la journée."

Mes lèvres se plissèrent.

"J'ai pas besoin qu'on se soucie de moi."

Il sourit davantage et se releva, près à partir.

"Très bien, je vois que parler ne te fera pas changer d'avis. Si tu as besoin de quoi que se soit, n'hésite pas à demander "Irvin" à la taverne du Poisson Divin."

Il me tourna le dos et commença à partir. J'ouvris les lèvres.

"Attends !"

Il se retourna.

"Je...Je veux pas dormir dehors, pas quand il fait froid."

Il me tendit la main en riant. Je la saisis innocemment, mais j'étais toujours méfiante.


Cependant, j'appris bien vite qu'Irvin, puisqu'il s'agissait de son nom, n'était pas du tout un homme mauvais. Il vivait dans une vieille grange abandonnée avec plusieurs autres personnes dont trois enfants de 5, 7 et 10 ans. Il y avait aussi deux adultes de son âge qui lui rendait souvent visite. Irvin s'occupait des enfants et chacun avait sa propre chambre. En effet, la grange avait été reconstruite de l'intérieur par les prédécesseurs d'Irvin. L'homme était plutôt enjoué et tendre, il passait beaucoup de temps à s'occuper des enfants. Irvin m'avait expliqué que les enfants qui vivaient ici avaient tous été recueillis après avoir été abandonnés ou avoir perdus leurs parents. Je n'aimais pas cependant qu'il me traite avec condescendance, il pensait que j'avais trois ans ou quoi ? Je passais mon temps à me rebeller. Lorsqu'il me disait de ne pas faire quelque chose, je le faisais. Il s'énervait rarement, mais il lançait toujours ce regard sévère lorsqu'il n'était pas content et qui avait tendance à me faire froid dans le dos. Mais un jour, il me proposa d'apprendre à chasser. Il savait que je n'aimais pas dépendre des autres et que je n'aimais pas rester sans rien faire. De plus, il avait remarqué que j'aimais passer du temps dans la forêt, je revenais souvent une fois la nuit tombée au refuge, comme on l'avait nommé. Depuis ce jour, je passais mes journées à apprendre à chasser avec lui. La première fois que je tuais ma proie, il était si heureux qu'il s'était mis à pleurer en ajoutant un "mon petit poussin est enfin devenu une grande chasseuse".

Mais un jour, les deux amis habituels d'Irvin lui rendirent visite. A la tombée de la nuit, alors que j'avais soif, j'étais descendue à la cuisine pour me servir quelque chose lorsque je perçus un bout de conversation.

"...et il les a vu assassiner un Rebelle sous ses yeux. Il est venu aussitôt nous le rapporter afin qu'on se prépare."

"Pourquoi un Cultiste en viendrait aux mains d'un des nôtres ?" Irvin se frotta la tête. "Cela est incensé, il n'y a jamais eu d'actes violents entre nos deux camps..."

"Eh bien pourtant c'est le cas. C'est pourquoi il faut nous préparer à nous défendre ou à attaquer. On ne peut pas se laisser faire."

"Et pourquoi tu viens me répéter ça à moi ? Je ne suis plus le mercenaire que j'étais avant. Je m'occupe des gosses maintenant, j'ai arrêté ces conneries."

Irvin se leva de sa chaise et servit une tasse de thé à ses deux amis.

"On sait très bien que tu gardes de l'équipement caché ici, au sous-sol de la grange. Et te connaissant ce ne doit pas être une simple dague, cela doit être tout un attirail."

"Donc, si je comprends bien, les Rebelles veulent mon équipement pour s'en servir contre les Cultistes ?" Irvin soupira. "Je garde ce matériel pour nous protéger, les gosses et moi, au cas où mes ennemis me retrouvent, tu sais bien que la dernière fois je m'en suis sortit de justesse, Kal. Je ne peux pas me permettre de mettre en danger les enfants. Je dois les protéger."

Ledit Kal sourit.

"Tu n'es pas leur père, Irvin, et puis ils doivent parfaitement se défendre si tu les as bien entraînés."

"Je suis tout comme leur père, ils n'ont personne à l'extérieur de cette grange à part moi. Et si tu crois que je les aurais entraînés à devenir des meurtriers, tu te trompes."

Le bois grinça lorsque je bougeais mon pied, trois paires d'yeux se tournèrent vers moi. Irvin ouvrit en grand la porte derrière laquelle je me cachais. Il sembla très surprit.

"Cel' ? Qu'est-ce que tu fais là ?"

"Je t'espionnais...je crois..."

Kal éclata de rire et s'approcha de nous.

"Eh bah dis donc, cette fille pourrait bien nous intéresser."

Il se pencha vers moi.

"Ca te dirait de faire partie des Rebelles, gamine ?"

"Kal, t'es malade, jamais je n'oserai faire ça à mes enfants ?"

"Tes enfants ?! Arrête de faire ton papa-gâteau, t'es un mercenaire, bonté di-"

"Oui, je veux bien."

Irvin et Kal me regardèrent avec stupéfaction.

"Si je deviens Rebelle j'apprendrai à me défendre, pas vrai ?"

Irvin sembla hésitant à me répondre.

"Oui, mais..."

"Alors je veux en être. J'en ai marre de rester là sans rien faire, j'en ai marre d'attendre qu'on vienne m'aider pour me sortir d'une situation difficile. Je veux savoir me défendre toute seule, sans l'aide de personne."

"Je crois que ton enfant t'as cloué le bec, Irvin..."

Celui-ci me fixa longtemps, pour enfin soupirer.

"Célestine, tu sais ce qui t'attends si tu fais ça ?"

"Oui, je saurai me battre."

"Tu deviendras une mercenaire au service des Rebelles, tu seras utilisée pour tuer des gens, pour voler des informations auprès de personnes importantes"

"Ca m'est égal ce que je devrais faire, je veux juste être plus forte."

Irvin eut une expression douloureuse sur son visage.

"C'est dangereux et tu pourrais te faire tuer..."

"Pas si tu m'entraînes bien."

L'homme vint me serrer dans ses bras. Il me connaissait assez pour savoir que discuter ne me changerait pas d'avis, et lorsque je voulais quelque chose je n'écoutais personne.

"Oui je t'entraînerai bien, je te le promets. Mais en échange, tu dois me promettre de ne pas mourir."

Je rougis et mon coeur se mit à battre très fort dans ma poitrine. Après tout, même si Irvin avait toujours pris soin de moi depuis notre rencontre, je ne le considérais pas comme un père, ni comme un frère...

"Je ne peux pas te promettre ça, mais je ferai de mon mieux pour survivre."

Kal rompit notre étreinte pour poser ses deux mains sur mes épaules.

"Eh bien bienvenue chez les Rebelles, soeurette !"


In Real Life


➽ JE M'APPELLE : Ali'  ahah
➽ ÂGE : 22 ans  
➽ RACE : pet-prout-pet  
➽ VILLE : Rhône-Alpes  

➽ HOBBIES : Geeker sur Aion, Tera et bientôt sur Blade & Soul  
➽ TES SERIES ET FILMS :
Spoiler:
 

➽ DISPONIBILITÉS : Toute la nuite  
➽ CE QUE TU PENSES DU FOFO :                  ahah
➽ COMMENT TU L'AS TROUVÉ : Un gros caca m'en a parlé  
➽ TON PETIT MOT DE LA FIN : PROUT    


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Présentation de Célestine Blackheart
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» présentation de demi lovato
» Modèle de présentation
» Ma présentation ! (Phyllali)
» Présentation de Logan Echolls
» Présentation de Nathaniel Mandrake[en construction]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ▴ Gestion du personnage ▴ :: Présentation des nouveaux :: Fiches validées-